Actualités

Piégeage d’automne du frelon asiatique

7 Nov 2018

Les attaques de frelons asiatiques ont été plutôt virulentes cet automne : il a fallu luter, puis finalement admettre la défaite…

Une méthode peut être efficace si la pression n’est pas trop forte : l’usage de perméthrine, une poudre insecticide.

La méthode a employer est plutôt musclée (mais pas si dangereuse que cela au final car les frelons devant les ruches ne s’attaquent pas à l’homme) et consiste à attraper les frelons un par un.

A l’aide d’une épuisette, on capture un frelon, on le plaque au sol puis on le saisit à l’aide d’une longue pince. Il faut ensuite lui couper les deux pattes postérieures (j’utilise une paire de petits ciseaux à nez) et lui tremper l’abdomen dans la poudre insecticide). Ceci fait, vous pouvez libérer le frelon. Le fait de le priver de ses pattes postérieures va l’empêcher de pouvoir se nettoyer. Il va donc retourner au nid, ses congénères vont l’aider à se débarasser de la poudre et contaminer ainsi le reste de la colonie.

La méthode peut être efficace si vous n’avez que peu de nids à proximité. Dans mon cas, après l’avoir appliquée à environ 500 frelons (ce qui m’a quand même pris des heures !), j’en avais toujours autant devant mes ruches… En désespoir de cause, j’ai donc fini par les déplacer.

Une autre solution : le piège Vespacatch de chez Véto-pharma.

On trouve ce piège dans les magasins apicoles et sur internet. Il est plutôt efficace mais, à environ 5€ le piège, et selon le nombre de ruches que l’on possède, cette solution peut vite coûter très cher.

Conclusion : il y a une multitude de façons de piéger le frelon asiatique. Sur internet, chacun présente sa méthode, plus ou moins efficace, et chacun doit tester la solution qu’il a choisi dans les conditions qui lui sont propres (environnement, nombre de ruches, degré d’infestation). 

Mais quoi qu’il arrive, si la pression est trop forte, la meilleure solution sera à terme, au risque de voir ses colonies décliner et mourir de faim, de déplacer les ruches dans un endroit où le frelon est  moins présent, voire absent.